A vrai dire les prĂ©occupations qui Ă©taient les miennes lorsque je siĂ©geais au Conseil d'Administration de France TĂ©lĂ©visions sont aujourd'hui bien Ă©loignĂ©es ! La pression est partie ! Une dose d'Ecosse -Plockton est une ville merveilleuse- et une autre de Sancerre m'ont rendu des nuits lĂ©gĂšres. J'apprends tout de mĂȘme par la radio, la tĂ©lĂ©vision ou la lecture des journaux que mes ex confrĂšres de France TĂ©lĂ©visions ont repris leurs mobilisations ! Je crois que je n'arrive pas Ă  m'y intĂ©resser. Presque trois mois aprĂšs le prĂ©cĂ©dent billet de ce blog, les choses ne me semblent pas avoir changĂ©: la prioritĂ© des prioritĂ©s reste la modernisation du service public de la tĂ©lĂ©vision et le passage du groupe France TĂ©lĂ©visions Ă  l'Ă©poque du numĂ©rique. Curieusement, il y a eu une sorte de rideau de fumĂ©e pour dĂ©placer la rĂ©flexion vers d'autres aspects de la "tĂ©lĂ©vision classique". Mais c'est finalement logique. La France est, Ă  la fois, le pays des groupes de pression et celui du copinage alors, vu d'ici, il me semble que le dossier n'est plus tout Ă  fait -chez les politiques et peut ĂȘtre Ă  la PrĂ©sidence de la RĂ©publique- un dossier industriel ! C'est presque une certitude: travaillĂ© par l'entourage et les lobbies, Sarkozy ira-t-il jusqu'au bout ?

Lire la suite