Quels que soit le nombre d'élus au Parlement européen d'Europe Écologie, le prochain épisode -en France- est maintenant celui des régionales. Il est clair que le rassemblement autour de Dani Cohn-Bendit aura dans la campagne qui s'annonce un rôle important à jouer. 
D'abord pour mettre ces élections dans la perspective de l'Europe. Et ne pas en faire comme cela était le cas jusque-là un enjeu uniquement hexagonal: ce sera une grande nouveauté.
Sur ce point, il y a encore des choses à éclaircir à gauche: un commentateur disait, il y a 48 heures, que finalement, dans ces élections européennes, deux conceptions de l'Europe s'étaient affrontées: celle des fédéralistes européens contre ceux qui défendent encore les prérogatives des états. 
A gauche, et notamment au sein du parti socialiste, la clarification doit se faire entre les tenants des deux camps avec d'un côté les amis de Ségolène Royale -qui s'est clairement prononcée elle pour le fédéralisme- et un certain nombre de gens qui sont restés totalement silencieux sur le sujet,- et qui d'ailleurs seront sans doute battus cette nuit-. 
On notera que ceux qui seront battus sont les mêmes qui ont conduit le PS à sa perte lors des dernières campagnes électorales: on ne se refait pas !
Le second élément essentiel de cette campagne c'est qu'elle se jouera autour des perspectives offertes sur le plan social, économique et industriel par le développement durable et les nouvelles énergies renouvelables. Quel formidable enjeu et quelle incroyable relance pour le Grenelle de l'environnement que Borloo et consorts avaient l'intention d'enterrer !
Merci Dany