On n'a jamais raison tout seul.
Je me félicite évidemment de cette information puisqu'elle correspond tout à fait à ce que je pensais et à ce que j'ai dit à l'époque de sa signature.
L'accord d'exclusivité était mauvais.
Je ne sais pas ce qu'il a rapporté sur le plan financier mais, en termes de développement, le catch TV de France Télévision a pris un retard qu'il lui sera aujourd'hui difficile de rattraper. Tous les autres opérateurs privés ont dépassé le groupe dans cet exercice !

Lorsque j'ai dénoncé cet accord, je n'ai trouvé personne parmi les administrateurs pour poser des questions complémentaires à l'ineffable Camille Pascal -grand spécialiste de l'histoire de la royauté- qui est à l'origine de ce rapprochement.

Quand on a affaire Ă  des buses on a affaire Ă  des buses !

Aujourd'hui comme hier, je pense que France Télévision dans le rÎle qui est le sien -seule société publique du secteur- doit se tenir à égale distance de tous les intervenants. Je ne vois pas comment il serait possible au groupe de se rapprocher plus spécifiquement de l'un ou de l'autre...

Les produits diffusĂ©s par les chaĂźnes de France tĂ©lĂ©vision ont pour vocation d'ĂȘtre vu par le plus grand nombre de tĂ©lĂ©spectateurs qu'ils soient raccordĂ©s au numĂ©rique terrestre ou abonnĂ© d'une box ou d'un terminal satellite ! Le tĂ©lĂ©spectateur est actionnaire de l'ensemble public par la redevance qu'il paye avec ses impĂŽts et cela lui donne le droit Ă  l'Ă©galitĂ© de traitement avec tous ceux qui sont dans son cas.

Mais cette affaire n'est pas la seule oĂč France TĂ©lĂ©visions s'engage aux cĂŽtĂ©s d'un seul partenaire au dĂ©triment des autres.
Il suffit de regarder les sites Internet du groupe pour se rendre compte immédiatement du favoritisme dont jouit Microsoft.
Regarder les sites de France TĂ©lĂ©visions avec un autre OS que Windows, un autre browser qu'Internet Explorer et un autre lecteur vidĂ©o que Windows Media est un cauchemar !
Je suis Ă©galement intervenu Ă  plusieurs reprises sur ce sujet.... sans jamais avoir suscitĂ© le moindre intĂ©rĂȘt...au moment mĂȘme oĂč la commission europĂ©enne demandait plus de transparence Ă  Microsoft et oĂč le nouveau PrĂ©sident de la RĂ©publique -encore ministre de l'intĂ©rieur- faisait auprĂšs des prĂ©fets la promotion des logiciels libres et notamment ceux qui permettent de voir les vidĂ©os sans ĂȘtre le cheval de Troie de qui que ce soit

La fin de l'accord prioritaire avec France Telecom/Orange ne peut donc ĂȘtre qu'une bonne chose pour les tĂ©lĂ©spectateurs et surtout pour l'augmentation des consultations de programmes en provenance des chaĂźnes publiques.

Sous réserve, évidemment, que les producteurs ne se servent pas de ce qu'ils ont contribué à faire comme s'ils étaient assis sur un coffre-fort.