C’est fait. J’ai adhéré et payé. Je suis à jour de cotisation. J’ai hésité, longtemps hésité. Je suis pourtant la depuis décembre 2008.... par éclipse !

J’ai participé activement à la campagne des européennes. Pas du tout à celle des régionales.

Je partage parfaitement ce qu'a écrit Gaby Cohn-Bendit du noyautage des Verts au sein d'Europe Ecologie. C’est une des raisons de mon retrait des régionales. Je reste extrêmement méfiant sur le sujet. Sans citer de nom, on connait tous des Ayatollahs qui font peur !

Je viens du Parti Socialiste et l’idée -comme ce fut déjà la perspective des régionales- de servir de force d’appoint à « la Gauche Â» en 2012 me donne des boutons. Au point de ne pas m’être déplacé pour voter au second tour des régionales. La négociation du contenu des accords d’entre deux tours s’étant fait largement dans le secret des appareils… mais on pouvait deviner que, comme d’habitude, ce n’était pas les idées de l’écologie qui avaient prévalus mais celles des constructeurs d’autoroutes et autres vecteurs de croissance. Les socialistes ne s’en sont d’ailleurs pas caché !

Je me fous de 2012. Je me fous de 2012 comme de la liquette de Sarkozy. Je rêve d’une utopie: l’Europe fédérale… Elle était au programme d’EE… Mais pour ne pas en discuter, pour ne pas réveiller les aigreurs de ceux qui ont fait campagne contre le traité constitutionnel, autant la passer aux profits et pertes. C’est ce qui se passe encore dans toutes ces contributions: l’Europe est oubliée -cachée ?- dans les réflexions qui sont posées ici et la.

Pourtant, même l’actualité ne nous réveille pas sur le sujet.

L’aide à la Grèce n’est pas seulement une affaire financière ou de solidarité, c’est de notre espace politique, culturel, social qu’il s’agit ! Qui monte au créneau sur le sujet en dehors de Daniel Cohn-Bendit ? Les caciques Verts seraient ils sur le sujet aux abonnés absents ou sur les positions de Mélenchon ?

De la même façon que l’on ne réagit pas, sauf pour en rire en coin, aux problèmes "linguistiques" de la Belgique ! Or, c’est de la juxtaposition des régions dans le même espace communautaire qu’il s’agit. Et l’on va sans doute voir les mêmes problèmes naitre dans l’Est de notre communauté, alors autant prendre ceux la au sérieux. L’Europe sera celle des régions si elle doit exister.

Rien de tout cela dans la campagne des régionales.

Rien de tout cela dans les contributions de ces dernières semaines.

Ma frustration est donc loin d’être guérie par ma ré-adhésion…

Donc, Europe Ecologie ne peut pas être un mouvement hexagonal. Notre internationalisme peut s’arrêter -pour l’instant- aux pays membres de notre Parlement. Mais j’ai bien écrit « Europe Ecologie Â» bien que je sache que nos députés siègent à Strasbourg sous l’étiquette des « Verts Â». J’ai cru comprendre que lors des européennes, en Allemagne, des listes identiques à celles d’EE avaient présenté des Verts et des non verts, membre d’Associations, etc…

Engageons donc une réflexion collective sur le sujet de façon à pouvoir, en 2012, opposer un projet européen à un projet hexagonal… ce que nous n’avons pas été capable de faire pour les régionales alors qu’il aurait été possible la aussi d’articuler les 2.

Enfin, il y a un autre aspect duquel EE me semble un peu trop absent collectivement: c’est celui du passage au monde numérique ! Le projet qui doit être mis sur pied ne peut pas faire autrement que d’en tenir compte. On voit comment les libertés acquises par les techniciens et ingénieurs des réseaux sont aujourd’hui contestées par la classe politique et les « Ã©lites Â». Il est vrai que les réseaux sociaux dissolvent leur pouvoir.

Pour être crédible, l’écologie politique doit couvrir tous ces sujets... et communiquer ces réflexions pour imposer le débat à ceux qui n'en veulent pas

Les interrogations des électeurs ne portent pas seulement sur le nucléaire, le bio, les énergies renouvelables, etc… mais également sur le devenir d’un modèle de civilisation qui prend de sérieux coups dans la gueule !

Comment construire l’Europe ? La question n’est toujours pas résolue et il faut lui donner de façon presque volontarisme du contenu, social, économique, culturel, environnemental !

Comment construire une société en réseau qui tienne compte des nécessités environnementales mais aussi sociales, culturelles,…. ? Réflexion et cogitation qui sont bien celles d’un atelier et pas d’une organisation sectaire et pyramidale !

Bref, sceptique….